Skip to content

Les normes et obligations en matière d’isolation de toiture

En ce qui concerne les travaux de construction et de rénovation, l’isolation de la toiture est toujours une étape fondamentale. En effet, à l’heure actuelle, on considère qu’environ un toit sur deux est mal isolé en Wallonie. Or, une mauvaise isolation au niveau de la toiture est responsable d’environ 30% des déperditions de chaleur au sein d’une habitation. Il s’agit donc d’un véritable gaspillage économique et écologique. C’est pourquoi il est important de veiller à ce que l’isolation de votre couverture soit optimale afin de réduire vos factures d’énergie, mais également pour diminuer l’impact environnemental de votre bâtiment. 

Afin que cet aspect soit pris en compte par les propriétaires, les entrepreneurs du bâtiment et les couvreurs, il existe certaines normes en vigueur mises en place par les gouvernements régionaux. Ces règles, qui diffèrent donc en fonction de la région où se trouve le bâtiment, doivent impérativement être respectées, au risque de s’exposer à des amendes pouvant s’élever à plusieurs milliers d’euros. Étant donné que ces travaux représentent un certain coût, il existe également certaines primes proposées par les différentes régions afin d’amortir les dépenses. Les professionnels du bâtiment peuvent réaliser un bilan thermique ainsi qu’un diagnostic de l’état de votre toiture afin de vous indiquer les éventuels travaux à réaliser pour la rendre conforme aux normes en vigueur.

En Wallonie

Que ce soit en Wallonie ou à Bruxelles, le niveau d’isolation thermique est défini par le certificat PEB : Performance Énergétique des Bâtiments. Celui-ci s’applique à tous les bâtiments qui nécessitent un permis d’urbanisme, c’est-à-dire ceux où sont réalisés des travaux de construction, de rénovation ou de transformation. Afin d’évaluer les performances d’isolation, certaines valeurs mesurables ont été fixées. Le coefficient maximal de transmission thermique, également appelé la valeur U, est un chiffre qui indique la quantité de chaleur qu’une paroi laisse passer par seconde et par mètre carré, lorsqu’une différence d’un degré se présente entre les deux côtés de cette paroi. 

Ainsi, cette valeur U maximale diffère en fonction des éléments d’un bâtiment (fenêtres, toit, murs, sol…) et des régions. Concernant l’isolation d’une toiture, en Wallonie, la réglementation PEB exige une valeur U de 0,24 W/m²K maximum. Afin d’obtenir ce résultat, une couche d’environ 20 cm de laine minérale en tant que matériau isolant est nécessaire. Parmi les conditions pour obtenir les primes proposées par la Région wallonne pour des travaux d’isolation, le coefficient de résistance thermique R du matériau isolant utilisé doit être supérieur ou égal à 4,5 m²K/W.

Depuis le 1er janvier 2021, les nouvelles constructions doivent atteindre le standard NZEB (Nearly zero energy building) ou Q-ZEN (bâtiment dont la consommation est quasi nulle ou bâtiment Quasi Zéro Énergie), ce qui signifie que les différentes exigences ont été renforcées. La valeur U de la toiture n’est cependant pas concernée par ces changements récents et reste donc fixée à 4,5 m²K/W en Région wallonne. Outre cette valeur U, un niveau d’isolation global du bâtiment, appelé niveau K, doit également être respecté. En Wallonie, celui des habitations privées et des bureaux professionnels ne peut pas dépasser un coefficient de 35.

À Bruxelles

Tout comme la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale impose un respect de la réglementation PEB pour les nouvelles constructions ou habitations rénovées nécessitant un permis d’urbanisme sur son territoire. Ainsi, la valeur U de la toiture d’un bâtiment situé à Bruxelles ne peut pas dépasser 0,3 W/m²K. Pour atteindre cet objectif, il est recommandé d’utiliser environ 15cm de laine de verre ou 12cm de mousse synthétique. Concernant le niveau K (isolation globale du bâtiment), il ne peut pas dépasser le coefficient de 40 pour les habitations individuelles et de 45 pour les bureaux

La Région de Bruxelles-Capitale propose elle aussi des primes afin d’aider, sous quelques conditions, les particuliers et les professionnels à réaliser des travaux d’isolation pour leur toiture dans un souci d’écologie et de réduction de leurs dépenses énergétiques. Ainsi, l’un des critères pour les obtenir est que le coefficient de résistance thermique R du matériau isolant utilisé soit de minimum 4 m²K/W.